• Esperluette, Partie IV : bah, bof, zut


    Pas la tête au blog en ce moment... J'ai enfin consacré une heure au dessin ce week-end : un mois que ça n'était pas arrivé. Comme on le voit, je ne m'en sors toujours pas, avec cette fenêtre dans la tête/cette tête dans la fenêtre. Il va falloir décaler l'idée, la déplacer vers autre chose...

    J'ai rouvert un bouquin sur Matisse pour trouver des idées. J'en pleurais presque tellement c'était beau (oui, je suis très sensible en ce moment) ! Les couleurs que j'ai utilisées dans ce dessin sont issues de la "Porte-fenêtre à Collioure". Moi, je la vois, cette porte-fenêtre, dans le dessin, mais il n'y sûrement que moi pour la voir !

    Dans le vrai dessin, il me semble qu'on voit mieux en quoi la moitié gauche du visage (en gris) pourrait aussi représenter un volet de la porte-fenêtre, le second volet (en gris également) étant constitué par la "chevelure" à droite du visage.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 11 Février 2007 à 21:19
    c'est marrant
    ton histoire de fenêtre, cela me rappelle le livre d'un ami qui s'intitulé "la vitre abolie"...tout l'ouvrage tournait autouredes reflets de notre propre image dans les vitres que l'auteur tentait d'abolir, afin de découvrir sa véritable essence...peut être faudrait -il que tes fenêtres soient abolies de leurs vitres...en tout cas j'aime tes oeuvres...bisous
    2
    Samedi 17 Février 2007 à 20:28
    fillip
    comment vas-tu,les yeux sont également des fenetres fermées,les yeux tournés vers l'intérieur,comme une méditation,comme une peinture abstraite...bien a toi,bise a toi aussi lili. F.
    3
    Lundi 12 Mars 2007 à 11:06
    bon ben...
    c'est quand tu veux Filiiip, tu seras le bienrevenu...bise cosmique
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :